Interview with Musik Etc

Read the full article here

Quebec’s guitar hero is revisiting his roots with his latest album, Solo Recordings Volume 1. We caught up with him between two series of concerts, and he explained how he developed his solo work and the album, which has been acclaimed by the public as well as critics.

– How did the idea for a solo album come about?
Everything started with a friend’s guitar, a Gibson ES-225, perfect to play Chicago blues. I didn’t have the means to buy it from him, so he organised a solo concert in Drummondville in exchange for the guitar! It went really well, so I asked my agent to sell the solo concert concept, especially in small venues where I couldn’t play with my band. It game me the opportunity to rediscover my blues roots, something I had not done in years.
Lire l’article au complet ici

Le guitar hero Québécois effectue un retour à ses racines blues avec son plus récent album, Solo Recordings Volume 1. Entre deux séries de concerts, nous avons discuté avec lui pour mieux comprendre le développement de son jeu en solo et la création de cet album encensé par le public et la critique.

-D’où est venue l’idée de faire un album solo?

Tout a commencé avec la guitare d’un ami, une Gibson ES-225, parfaite pour faire du Chicago blues. Je n’avais pas les moyens de la lui acheter, alors il a organisé un concert solo à Drummondville en échange de la guitare! Ça s’est vraiment bien passé alors j’ai demandé à mon agent de vendre ce concept de spectacle solo, surtout pour les petites salles où je ne pouvais pas jouer avec mon groupe. Ça m’a permis de retrouver mes racines blues, ce que je n’avais pas fait depuis des années.
– We can really feel the warmth and richness typical of the old blues records.

I wanted to make the album like the concert, recorded live, without overdubs. I love the sound of the old records, like the ones put out by Chess Records, older John Lee Hooker, etc. We used Pro Tools, but mixing and effects (spring reverb, tape echo) are analogue. In recording everything at once, the vocal mic also takes in the bass drum, so if there ‘s a slapback effect on the voice, it will affect the bass drum as well, which makes for a very interesting result.

– It is a much livelier approach than recording everything separately so that everything is perfect and devoid of errors.

I went through a phase where I recorded everything separately, but I realised I preferred a more spontaneous approach, whatever the imperfections. Maybe the result doesn’t reflect what I had in mind at the outset, but it doesn’t mean it’s not good! I like recording live because accidents and unexpected elements can often be used.

– The album is great to listen to, from beginning to end. We feel there is a real continuity between the songs. How did you choose them?

In several cases, I only had a phrase or two, and the song took form in the studio. I’d improvise for 45 minutes, and then I’d listen to see what worked best. Generally, the song was finished before day’s end. Since this same process was about the same for every song, it might explain the cohesion of the album.

– “Gotta be strong” was also on the Devil At My Heels album.

Yes. That was a much more rock-tinged version, but I had originally written it as an acoustic song that I played as such for the last couple of years. In fact, all the acoustic songs on Solo Sessions Volume 1 were recorded in one evening.

– How did you choose the older songs that you re-recorded for the album?

They are songs that I already play live. In 2003, a Toronto label offered me to record a solo album. I had played “Preachin’ Blues” alone on stage after a concert with my band, and they had loved it. But in the end, I wasn’t ready and the project was put on hold. With “Honey Bee”, it happened by chance. I was working on another piece, and I began playing the song. I recorded several other songs and I kept those that worked best with the album.

– The public knows your blues roots well, but I know you are also a big fan of country music, and the guitarists associated with the style, like Danny Gatton and Don Rich.

At 17-18 years old, I was a big fan of Danny Gatton and the Hellecasters, but I am not very well versed in country; I’m a blues guitarist. In recent years, I have listened to a lot of Merle Haggard, Waylon Jennings, and Graham Parsons, and even though I like what country guitarists do, I am mostly attracted by the lyrics.

– When I heard “King Of The World”, I thought it was an old blues standard, a song that could have come from the Robert Johnson catalogue, for example.

That’s a recurring comment. That was the project’s challenge, recording a blues album, which I hadn’t done for the last 12 years. I wanted to play pure blues, without falling into the clichés. For example, “Honey Bee” is the only 12-bar blues on the album. Before Robert Johnson, there was Son House and Charlie Patton, the first Delta bluesman to be recorded, and it wasn’t 12-bar blues. He played solo, so he could make the form vary. The same goes for John Lee Hooker. Playing alone gives much more freedom. You can play 14 bars instead of 12. Another thing I find amazing is that the harmony doesn’t change; there is only one chord for the whole song. That approach really influenced me.

– “The Ballad Of Johnny Wabo” tells the story of a musician trying to make his mark in a collapsing industry. How do you see the music world right now?

On the one hand, if I had signed enough contracts to play with my band, I probably wouldn’t have recorded this album, and it’s my biggest commercial success! You need to adapt or else you go bankrupt. There are still plenty of good records being produced. We don’t hear them on the radio, but there are many other ways to discover music. An independent artist can promote his music on the Internet, which wasn’t possible a few years ago. I don’t feel nostalgic, and I accept that things change. I have to adapt.

– What do you listen to these days?

I love Alabama Shakes. It’s my favourite album from the last two years! I like the two last albums from the Black Keys. I also like Jack White’s solo album… but I mostly listen to old music like Ray Charles in his Atlantic records period. I was fortunate to open for the Fabulous Thunderbirds, a band I listened to a lot, so I bought all their albums again! I’m a vinyl fanatic, so I buy a lot of the records I already had. I really like Paul McCartney. I obviously listen to a lot of blues, Freddy King, Muddy Waters, John Mayall Bluesbreaker with Clapton or Peter Green, one of the guitarists I listened to the most in recent years.

– Besides the Gibson you mentioned earlier, which other guitars were used on the solo album?

A 1931 National Duolian and an acoustic guitar made by Marc Desrochers some fifteen years ago.

– And the amplifiers?

A 1969 Deluxe Reverb, a 1957 Princeton, a 1961 Champ, and a Vibro-King on several songs.

– What tuning do you use on the slide?

Open D or open G, but I like having a fourth on the bass string. For example, with an open G tuning, the big string should be a D, but I tune it in C (see “King Of The World”, “Ballad Of Johnny Wabo”, “Out Of Phase”). This enables me to have the first, fourth, and fifth degrees as open strings, and I can play a lower D with my thumb on the second fret of the big string. It’s an approach that has opened up doors for me. And sometimes, I’m a semitone lower, like in « Love Got Us Blind », which is tuned in open D, but a semitone lower, meaning it is open C#. Because of this, my playing is heavier in the lower register. Making sure the arrangements touch all the registers is another challenge of playing solo.

– How did the recording go?

I began in October 2011, and most songs were recorded in November, and then I recorded 5 more songs in February and March. I was on tour at the same time, so when I had 2 or 3 days off, I’d come in to record a song or two. Since the studio installation was different each time, my approach evolved with time. At first, I’d tap my foot, but then I added a bass drum for “Honey Bee”, and then a hi-hat for the following songs. And since I play standing up, integrating this was quite a learning experience!

– Seeing that the album is named Solo Recordings Volume 1, should we expect a Volume 2?

Absolutely. I don’t think it will be my next album, but yes, there will be a Volume 2. I released 4 albums in the last 5 years, and I have a lot of concerts, so there isn’t a plan for new album soon. I have been having fun playing solo, and the show will be much more interesting with two-times the material, even though I play more than two hours of music in my current solo show!-On sent vraiment la chaleur et la richesse typiques des vieux albums.

J’ai voulu faire le disque comme le concert, c’est-à-dire enregistré en direct, sans « overdub ». J’aime le son des vieux albums comme Chess records, du vieux John Lee Hooker, etc. Oui, nous avons utilisé Pro Tools mais le mixage et les effets (spring reverb, tape echo) sont analogiques. En enregistrant tout ensemble, le son de la grosse caisse entre aussi dans le micro de voix, donc s’il y a un slap back sur la voix, il va y avoir le même effet sur le kick, ce qui donne un résultat très intéressant.

C’est plus vivant que l’approche qui consiste à refaire prise après prise après prise pour atteindre la perfection et éliminer toutes les erreurs.

J’ai passé par la phase d’enregistrer plusieurs prises une après l’autre, mais j’ai réalisé que je préfère une approche plus spontanée, peu importe les petites imperfections. Peut-être que le résultat ne correspond pas à ce que j’avais en tête au départ, mais ça ne veut pas dire que ce n’est pas bon! Je trouve ça bien d’enregistrer en direct parce que souvent qu’on peut utiliser les accidents et les imprévus.

-L’album s’écoute très bien d’un bout à l’autre, on sent vraiment une continuité entre les chansons. Comment as-tu choisi le répertoire?

Dans plusieurs cas, j’avais seulement une ou deux phrases, et la pièce prenait naissance pendant la session en studio. J’improvisais pendant 45 minutes et ensuite j’écoutais pour voir ce qui fonctionnait le mieux. Généralement, le soir même, la chanson était complétée. Comme la procédure était sensiblement la même pour toutes les chansons, ça explique sans doute la cohésion du répertoire de l’album.

-« Gotta be strong » était aussi sur l’album Devil At My Heels.

Oui, la version sur cet album était beaucoup plus rock, mais à l’origine je l’avais écrite comme une chanson acoustique et je la jouais ainsi depuis plusieurs années. En fait, toutes les chansons acoustiques de Solo Sessions Volume 1 ont été enregistrées en une seule soirée.

-Comment as-tu choisi les reprises?

Ce sont des chansons que je jouais déjà en spectacle. En 2003, un label de Toronto m’a approché pour faire un album solo. J’avais joué « Preachin’ Blues » seul sur scène après un concert avec mon groupe et ils avaient adoré, mais finalement je n’étais pas prêt et j’ai mis le projet sur la glace. « Honey Bee », c’est arrivé par hasard, je travaillais sur un autre morceau et je me suis mis à jouer cette pièce. J’en ai enregistré plusieurs autres et j’ai conservé ce qui était le plus approprié pour l’album.

– Le public connaît bien tes racines blues, mais je sais que tu es aussi un grand fan de country et de guitaristes associés à ce style, comme Danny Gatton et Don Rich.

À 17-18 ans, je tripais sur Danny Gatton et les Hellecasters, mais je ne possède pas un gros vocabulaire country, je suis plutôt un guitariste de blues. Dans les dernières années, j’ai beaucoup écouté Merle Haggard, Waylon Jennings, Graham Parsons, et bien que j’apprécie le jeu des guitaristes country, ce sont vraiment les textes des chansons qui viennent me chercher.

Quand j’ai entendu la chanson « King Of The World », je croyais que c’était un vieux standard de blues, une pièce qui aurait pu venir du répertoire de Robert Johnson par exemple.

C’est un commentaire qui revient souvent. C’était le défi de ce projet, faire un album de blues, ce que je n’avais pas fait depuis 12 ans, et de respecter le style, de faire du blues pur sans tomber dans les clichés. Par exemple, « Honey Bee » est le seul 12-bar blues de l’album. Avant Robert Johnson, il y avait Son House et Charlie Patton, le premier delta bluesman à être enregistré, et ce n’était pas du 12-bar blues. Il jouait en solo alors il pouvait varier la forme. Même chose pour John Lee Hooker, il y a beaucoup plus de liberté dans les formes, ça peut être 14 mesures au lieu de 12 par exemple. L’autre truc que je trouve hallucinant, c’est que l’harmonie ne bouge pas, il y a un seul accord pour toute la chanson. Cette approche m’a beaucoup influencée.

– « The Ballad Of Johnny Wabo » raconte l’histoire d’un musicien qui essaye de faire sa place dans une industrie en déroute. Comment vois-tu la situation actuelle dans le monde de la musique?

D’un côté, si j’avais eu suffisamment de contrats pour jouer avec mon groupe, je n’aurais probablement pas enregistré cet album solo, et c’est mon plus grand succès commercial! Il faut s’adapter, sinon c’est la faillite. Il y a encore plein de bons disques produits aujourd’hui, et on ne les entend pas à la radio, mais il y a plein d’autres façons de découvrir de la musique. Un artiste indépendant peut aujourd’hui faire sa promotion sur internet, ce qui n’était pas possible à l’époque. Je ne suis pas nostalgique, j’ai accepté que les choses changent et je dois m’adapter.

– Qu’est-ce que tu écoutes ces jours-ci?

J’adore Alabama Shakes, c’est mon album favori des deux dernières années! J’aime bien les deux derniers albums des Black Keys. J’aime aussi l’album solo de Jack White… mais j’écoute surtout de la vieille musique comme Ray Charles et ses albums sur étiquette Atlantic. J’ai eu la chance de jouer en première partie des Fabulous Thunderbirds, un groupe que j’ai beaucoup écouté, alors j’ai racheté tous leurs albums! Je tripe sur les disques vinyles alors je me procure beaucoup d’albums que j’avais déjà. J’aime beaucoup Paul McCartney. Évidemment, beaucoup de blues, Freddy King, Muddy Waters, John Mayall Bluesbreaker avec Clapton ou Peter Green, un des guitaristes que j’ai le plus écouté dans les dernières années.

– À part la Gibson dont tu parlais précédemment, quelles autres guitares as-tu utilisées pour ton album solo?

Une National Duolian 1931 et une guitare acoustique fabriquée par Marc Desrochers il y a une quinzaine d’années.

-Et les amplificateurs?

Un Deluxe Reverb 1969, un Princeton 1957, un Champ 1961 et un Vibro-King sur quelques pièces.

-Comment accordes-tu ta guitare pour la slide?

Ré ouvert ou Sol ouvert, mais avec j’aime bien avoir la quarte sur la corde de basse. Par exemple, en Sol ouvert, la grosse corde devrait être un Ré, mais je mets un Do à la place (voir King Of The World, Ballad Of Johnny Wabo, Out Of Phase). Ça me permet d’avoir les degrés 1, 4 et 5 en corde ouverte, et je peux jouer un ré plus grave avec le pouce à la deuxième frette sur la grosse corde. Cette approche m’a ouvert des portes. Aussi, parfois, je suis un demi-ton plus bas, comme dans « Love Got Us Blind », qui est en Ré ouvert, mais 1/2 ton plus bas, donc C# ouvert. Ça permet de vraiment meubler le registre grave. C’est un autre défi du jeu en solo, de faire des arrangements qui occupent tous les registres.

– Comment s’est déroulé l’enregistrement?

J’ai débuté au mois d’octobre 2011 et la majorité des pièces furent enregistrées en novembre, puis j’ai fait 5 autres pièces en février et mars. J’étais en tournée en même temps alors si j’avais 2-3 jours de libres, et si le studio était disponible, j’y allais pour faire une pièce ou deux. Comme l’installation était différente chaque session, mon approche a évolué avec le temps. Au départ, je tapais du pied, puis j’ai ajouté une grosse caisse pour « Honey Bee », et ensuite un hi-hat pour les pièces suivantes. Ç’a été tout un apprentissage que l’intégration de ses éléments, puisque je joue debout!

– Comme l’album s’intitule Solo Recordings Volume 1, sommes-nous en droit de nous attendre à un Volume 2?

Absolument, peut-être pas pour mon prochain disque, je ne sais pas encore, mais oui, il va y avoir un Volume 2. Je viens de sortir 4 albums en cinq ans et j’ai beaucoup de spectacles, alors pas de plan pour un album tout de suite, mais j’ai beaucoup de plaisir avec cette formule, et le spectacle va être encore plus trippant avec deux fois plus de matériel. Mais je fais déjà deux heures et plus de musique dans mon spectacle solo!