Steve Hill, le virtuose à tout faire

Quand on évoque le nom de Steve Hill, c’est d’abord au guitariste que l’on pense, mais plus que jamais, le musicien est devenu un redoutable homme-orchestre. On pouvait en juger hier, au Petit Champlain, alors qu’il présentait le matériel de son récent album, Solo Recordings Volume 3.

Steve Hill, c’est notre Jeff Beck, notre Joe Bonamassa, notre Rory Gallagher. Il aurait poussé quelque part aux États-Unis ou en Angleterre et il y a fort à parier qu’il serait un nom incontournable du blues rock, qui jouirait d’une carrière internationale. Au Québec, la réalité est forcément différente, or il a su trouver dans son aventure d’homme-orchestre une manière de rejoindre efficacement le public. À preuve, il n’a pas rempli un, mais deux Petit Champlain complets (il revient samedi soir).

Lire la suite sur La Presse »