Critique de spectacle dans Le Peuple de Lévis

LÉVIS – Faisant cavalier seul sur la scène de l’Anglicane, vendredi soir dernier, Steve Hill a transcendé l’auditoire à travers le style blues-country-rock des pièces de ses deux précédents albums (Devils At My Heels et The Damage Done) ainsi que celles de son plus récent, Whiplash Love.

L’auteur-compositeur-interprète a charmé les spectateurs par sa voix solide et ses mains faisant preuve d’une grande virtuosité sur ses guitares. Battant la mesure sur des percussions à l’aide de ses pieds, Steve Hill a su incarner l’essence même de sa musique.

Dans l’intimité de la salle de spectacle lévisienne, Hill s’est montré très généreux avec la foule qui était visiblement ravie. Entre les pièces, le virtuose s’adressait à la foule pour expliquer le fondement de certains morceaux ou encore pour raconter quelques anecdotes.

La fin de la première partie du spectacle s’est conclue par une ovation debout du public en extase.

Pendant la deuxième partie de la soirée, un spectateur s’est acclamé haut et fort «tu es débile», paroles que l’artiste a reçues avec beaucoup de modestie. L’assistance a ensuite applaudi à tout rompre pour manifester son accord avec le commentaire de l’un des leurs. Steve Hill a alors confessé «il n’y a rien qui me rend plus heureux dans la vie que de jouer devant des gens qui l’apprécie».

Hill a terminé son spectacle sur une note énergique et électrisante, transposant la foule dans un état de vénération. Il a quitté la scène en clamant «Lévis, je t’aime d’amour».

Lire l’article ici